Economie

Afrique: Le commerce, champ d’application idéal pour la blockchain

Le secteur du commerce en Afrique pourrait bénéficier largement de l’introduction de nouvelles technologies, à l’instar de la Blockchain, ont affirmé, mercredi, des panélistes dans le cadre de la Semaine africaine de la blockchain – Africa Blockchain Week (ABCW-2021).

Intervenant à cette occasion, Emmanuelle Ganne, analyste sénior à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) a souligné que les pays africains devraient se pencher sur la mise en place d’un cadre légal et institutionnel propice à l’utilisation de la technologie de Blockchain dans le commerce intra-africain.

Ce type de technologies est à même de booster les performances de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf), a-t-elle assuré, rappelant les grandes potentialités dont recèle le continent, où le commerce est toujours freiné par les barrières tarifaires et non-tarifaires.

Pour bénéficier des avantages offerts par la digitalisation, l’Afrique doit s’atteler, en particulier, à l’amélioration de la connectivité, dans la perspective d’offrir un accès plus large à l’internet pour les Africains.

La Blockchain est également bénéfique aux petites et moyennes entreprises (PME) qui peuvent s’en servir sur le plan de traçabilité pour prouver la qualité et l’origine de leurs produits, ce qui est susceptible d’aider ces entreprises à accéder davantage au financement.

Pour sa part, Ibrahima Nour Eddine Diagne, président de l’African Performance Institute (API) a indiqué que la construction d’un écosystème propice à une utilisation accrue de Blockchain est un véritable challenge pour l’Afrique.

Et d’assurer que la ZLECAF doit être appuyée par une solide plateforme technologique pour gagner en efficience et en compétitivité, et faciliter la réalisation des ses objectifs en matière de promotion des échanges commerciaux.

Le commerce et la finance, sont deux champs parfaits pour l’implémentation de la Blockchain qui est une technologie cruciale en mesure de réduire les coûts et améliorer l’efficience des organismes.

De son côté, Mohammed Benayad, Président Directeur Général de M2A, a souligné que la blockchain permettra un saut technologique pour l’Afrique, notant qu’il s’agit d’une technologie très utile aux PME et le commerce intra-africain.

Grâce à son interaction directe avec les nouvelles formes de technologie et le changement financier, la technologie blockchain est devenue une excellente alternative pour des millions d’Africains non bancarisés qui n’ont pas accès aux systèmes de paiement mobile.

Jusqu’au 1er juillet, ce sommet fera intervenir des acteurs majeurs de la blockchain et des décideurs sur des thématiques comme « les paiements Blockchain: paiements transfrontaliers, envois de fonds, règlement interbancaire », « les systèmes de paiement alternatifs pour la population non bancarisée », « l’identité numérique : transformer le paysage économique et politique de l’Afrique » et « le développement de la banque numérique en Afrique ».

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page