Société

Port Tanger Med: Mise en service de la nouvelle vedette de sauvetage en mer « Al Boughaz »

Le ministre de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, Mohamed Sadiki, a présidé, mercredi au port Tanger Med, la cérémonie de mise en service d’une nouvelle vedette de sauvetage en haute mer baptisée « Al Boughaz ».

La cérémonie de mise en service s’est déroulée en présence du président du Conseil de surveillance de Tanger Med Special Agency (TMSA), Fouad Brini, du gouverneur de la province de Fahs-Anjra, Abdelkhalek Marzouki, et des représentants des partenaires nationaux de sauvetage et des instances élues.

Cette unité d’une longueur de 21 mètres, réalisée par un chantier naval espagnol pour une valeur de 25 millions de dirhams et dotée d’une grande autonomie et d’un large rayon d’action, vient renforcer le dispositif national de recherche et de sauvetage des vies humaines en mer et permettra d’intervenir avec plus d’efficacité dans la zone du Détroit de Gibraltar, caractérisée par un trafic maritime dense.

Cette unité sera affectée au port de Tanger Med pour répondre aux spécificités de cette région avec une plus grande autonomie en mer. Elle comprend en son sein un dispositif d’intervention coordonné par le Centre national de coordination du sauvetage maritime (MRCC Rabat) privilégiant la réactivité, l’efficacité et la rationalisation des moyens nationaux.

Un tel dispositif, conduit par des hommes rompus aux techniques de coordination de la recherche et du sauvetage et opérant dans le cadre d’une organisation nationale, régionale et locale, permet au Maroc, en tant qu’État côtier, d’accomplir ses obligations en matière de recherche et de sauvetage des vies humaines en mer, conformément aux dispositions de la réglementation nationale et internationale en vigueur.

S’exprimant à cette occasion, Sadiki a indiqué que dans un souci de protéger les vies humaines et dans le cadre des opérations de sauvetage en haute mer, cette nouvelle vedette vient renforcer la flotte marocaine de sauvetage, qui compte désormais 21 navires, rappelant l’engagement du Royaume à améliorer constamment les capacités nationales de recherche et de sauvetage en mer, conformément aux réglementations nationales et internationales.

Le ministère, a-t-il enchaîné, ne ménage aucun effort pour améliorer constamment la prestation de sauvetage à l’échelle nationale et régionale, grâce notamment à un centre de coordination très performant qui agit avec des moyens d’intervention adaptés et efficaces, soulignant que la mise en service de cette vedette, qui s’inscrit dans le cadre de la deuxième phase de la stratégie Halieutis, représente un pas important dans le processus de renforcement du dispositif national de sauvetage en mer.

Dans une déclaration à la MAP, le commandant, directeur des opérations maritimes à la capitainerie du port de Tanger Med, Adil Ait Oualil, a relevé que dans le cadre de la convention de partenariat signée entre l’autorité portuaire de Tanger Med et le ministère, le port Tanger Med mettra à disposition ses infrastructures portuaires pour l’accueil de cette vedette de sauvetage maritime.

Il a, à cet égard, souligné que cette initiative reflète l’engagement social des autorités portuaires et met en lumière leur contribution au soutien et à sécurité de la communauté portuaire et celle des pêcheurs de la région avoisinant le port.

Cette cérémonie a été marquée également par la signature d’un accord de partenariat entre le ministère de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts et TMSA, visant à soutenir la mission de sauvetage maritime et garantir plus d’efficacité et de rapidité aux interventions de sauvetage dans la région du Détroit de Gibraltar où opèrent un nombre important de navires de commerce et à passagers.

Il est à noter que le Maroc dispose aujourd’hui de 21 vedettes et 10 canots rapides de sauvetage, appuyés par un système de communication le long du littoral national, utilisant les moyens modernes de radio-communication, y compris par voie satellitaire, à travers le système mondial de détresse et de sécurité en mer (SMDSM) et le système COSPAS SARSAT, qui facilitent le repérage et la localisation des navires en cas de détresse.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 × cinq =

Bouton retour en haut de la page